Unité Pastorale Val d’Attert

Agenda paroissialHoraire des célébrations

L'Unité Pastorale

est composé de 9 paroisses, 4 chapelles et une grotte de Lourdes

À propos de nous

L’Unité Pastorale Val d’Attert est bien plus qu’un ensemble de paroisses et de monuments religieux.

Nous sommes avant tout une communauté de croyants, ayant à coeur de suivre les pas du Christ et d’oeuvrer au mieux pour notre région.

L’Esprit Saint a déposé en nous l’espérance
Abbé Arnaud Ngouédi
Dans la Bible, les « serviteurs » de Dieu sont des personnes particulières, auxquelles il confi e des missions importantes, comme Moïse (Ex 14,31), le roi David (2 Sam 7,8), jusqu’à la Vierge Marie (Lc 1,38). Mais tout cela ne suffi t pas. Il faut plus, quelque chose de plus grand, qui va au-delà des biens et des projets eux-mêmes : il faut l’amitié. Cette dernière n’est pas le résultat d’un calcul, ni d’une contrainte : elle naît spontanément lorsque nous reconnaissons quelque chose de nous dans l’autre. Un ami aime toujours (Pr 17, 17). Et Jésus, dans l’Évangile, nous dit que pour Lui nous sommes justement cela, des amis : des personnes chères, au-delà de tout mérite et de toute attente, à qui Il tend la main et off re son amour, sa grâce (Jn 15,15). Il avait été annoncé que l’Esprit reposerait en plénitude sur le Messie, et que, de lui, il se répandrait sur tout le Peuple de Dieu : « Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’ôterai de votre chair le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon Esprit en vous » (Ez 36, 24-27). Ce don de l’Esprit prophétisé par Ezéchiel (pour ne citer que lui) n’est plus pour le futur. Au Baptême, notre être profond a été changé, enrichi substantiellement.
L’enfant qui est plongé dans la piscine baptismale en ressort habité par l’Esprit de Jésus, avec des potentialités nouvelles. L’Esprit qui l’habite désormais fait jaillir en lui ces dynamismes de vie nouvelle que sont la foi, l’espérance et la charité, en un mot tout l’organisme surnaturel des vertus et des dons (CEC2. N° 1265). Il a en partage les sept dons de l’Esprit qui reposaient sur Jésus (Isaïe 11, 2). « Celui qui croit en moi, des fl euves d’eau vive couleront de son sein… Il disait cela de l’Esprit que devaient
recevoir ceux qui croiraient en Lui » (Jn 7, 38). Selon la formule même de l’évêque lors de la confi rmation, le baptisé est renouvelé en ces dons avec une force singulière et d’une façon spéciale pour accomplir sa mission prophétique, sacerdotale et royale. La force de l’Esprit, communiquée en ce sacrement, est la force même de la Pentecôte, capable de renouveler la face de la terre. L’Esprit nous unit au Christ et fait l’unité de son Corps grâce aux diff érents « charismes, rôles et ministères qu’il suscite pour le bien de l’Église » (LG 46). Cet Esprit Saint a déposé en nous l’espérance, c’est-à-dire l’attente du Royaume et de la vie éternelle. Cette vertu fondamentale « pousse le chrétien à ne pas perdre de vue le but dernier qui donne son sens et sa valeur à toute son existence et, d’autre part, elle lui donne de fermes et profondes raisons de s ‘engager quotidiennement dans la transformation de la réalité pour la rendre conforme au projet de Dieu ». En toutes nos tribulations, qui ne sont rien à côté de la gloire promise
(Rm 8, 18), l’espérance protège du découragement, donne élan et constance, dilate le cœur, puisqu’elle nous donne appui sur le Roc (Dieu). C’est donc une réponse offerte à notre cœur et sans laquelle toutes les autres vertus risquent de s’eff riter et de fi nir en cendres. Aujourd’hui, notre monde a grand besoin de cette vertu chrétienne qui va de pair avec la patience. Face à l’avenir qui parfois peut sembler sombre, soyons des semeurs d’espérance et des tisseurs de bien !

Journal Paroissial: « Le Sel de l’Attert »
Depuis quelques années, notre journal paroissial n’avait plus de nom. Nous avons pensé qu’il était important d’en trouver un. Après plusieurs réfl exions, nous avons retenu une proposition faite dans le cadre de l’enquête relative au Chantier paroissial, pour trouver le nom de notre future Unité pastorale : « Le Sel de l’Attert », allusion à la parole de Jésus dans la Bible : « Vous êtes le sel de la terre » (Mt 5, 13). Quelques explications de ce nouveau nom s’imposent. « L’Attert » C’est évident ; cela renvoie à notre commune, mais cela peut aussi renvoyer à la rivière qui la traverse… Nous savons l’importance d’une rivière ou de l’eau dans la vie des hommes. C’est pourquoi, par analogie, cette rivière nous renvoie aussi à la Parole de Dieu : « Heureux est l’homme qui […] se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d’un ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt ; tout ce qu’il entreprend réussira » (Psaume 1, 1-3). « Le Sel » Deux textes nous interpellent : « Ayez du sel en vous-mêmes, et vivez en paix entre vous » (Mc 9, 50) et « Que votre parole soit toujours pleine de grâce et assaisonnée de sel, afi n que vous sachiez comment il faut répondre à chacun » (Colossiens 4:6). Être sel, c’est donner autour de nous le goût de vivre, car, quand nous rendons la vie belle à ceux qui nous sont confi és, notre existence prend un sens. « Si, face à la multitude d’obstacles, nous nous demandons : “À quoi bon continuer à nous battre ?”, rappelons-nous que peu de sel suffi t à donner de la saveur. Par la prière, nous apprenons à nous regarder comme Dieu nous regarde : il voit nos dons, nos capacités. Ne pas nous aff adir, c’est nous engager corps et âme et faire confi ance aux dons de Dieu en nous. » Ce journal se veut donc un canal qui vient arroser notre vie spirituelle pour que nous puissions porter du fruit et aider chacun à être sel de la terre. C’est tout un programme ! C’est pourquoi nous avons besoin des talents de tous et toutes (telecharger le questionnaire ici).