Unité Pastorale Val d’Attert

Agenda paroissialHoraire des célébrations

L'Unité Pastorale

est composé de 9 paroisses, 4 chapelles et une grotte de Lourdes

À propos de nous

L’Unité Pastorale Val d’Attert est bien plus qu’un ensemble de paroisses et de monuments religieux.

Nous sommes avant tout une communauté de croyants, ayant à coeur de suivre les pas du Christ et d’oeuvrer au mieux pour notre région.

Maria Auxilium christianorum
Abbé Arnaud Ngouédi
Dans la Litanie de Lorette, sous le pontificat de saint Pie V, on reconnaît le rôle singulier de la Vierge dans la vie de l’homme en tant que « médiatrice de toute grâce ». C’est ainsi Maria Auxilium christianorum que le Concile Vatican II avait qualifi é Marie d’« Avocate », de « Sauveuse » et de « Médiatrice ». Plus tôt encore, on trouve une référence à cette dévotion mariale dans les écrits de saint Irénée de Lyon : « Le nœud de la désobéissance d’Ève a trouvé sa solution dans l’obéissance de Marie. Ce que la vierge Ève avait noué par son incrédulité, la vierge Marie l’a dénoué par sa foi ». Certaines personnes s’interrogent sur le sens de la répétition des Ave Maria. Mais le but de cette reprise des paroles de l’archange Gabriel à Marie n’est rien d’autre que de se laisser purifi er et habiter par la Parole de Dieu.
En reprenant les Notre Père et les Ave Maria, le fi dèle parvient à faire silence en soi pour faire de la place dans son cœur à Jésus le Christ. À l’image du vol des oiseaux qui, en refaisant toujours le même mouvement de leurs ailes, s’élèvent vers le ciel, ceux qui prient reprennent les mêmes prières, mais jamais au même endroit, car leurs âmes se déplacent vers Dieu et vers leurs frères en humanité. Il apparaît donc que le chapelet est un moyen qui nous permet, par Marie à Jésus, de dénouer les nombreux « nœuds » que l’humanité enchevêtre au quotidien, pour s’élever vers le ciel. En cette année dédiée à la prière, redécouvrons la grâce du chapelet.

Journal Paroissial: « Le Sel de l’Attert »
Depuis quelques années, notre journal paroissial n’avait plus de nom. Nous avons pensé qu’il était important d’en trouver un. Après plusieurs réfl exions, nous avons retenu une proposition faite dans le cadre de l’enquête relative au Chantier paroissial, pour trouver le nom de notre future Unité pastorale : « Le Sel de l’Attert », allusion à la parole de Jésus dans la Bible : « Vous êtes le sel de la terre » (Mt 5, 13). Quelques explications de ce nouveau nom s’imposent. « L’Attert » C’est évident ; cela renvoie à notre commune, mais cela peut aussi renvoyer à la rivière qui la traverse… Nous savons l’importance d’une rivière ou de l’eau dans la vie des hommes. C’est pourquoi, par analogie, cette rivière nous renvoie aussi à la Parole de Dieu : « Heureux est l’homme qui […] se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d’un ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt ; tout ce qu’il entreprend réussira » (Psaume 1, 1-3). « Le Sel » Deux textes nous interpellent : « Ayez du sel en vous-mêmes, et vivez en paix entre vous » (Mc 9, 50) et « Que votre parole soit toujours pleine de grâce et assaisonnée de sel, afi n que vous sachiez comment il faut répondre à chacun » (Colossiens 4:6). Être sel, c’est donner autour de nous le goût de vivre, car, quand nous rendons la vie belle à ceux qui nous sont confi és, notre existence prend un sens. « Si, face à la multitude d’obstacles, nous nous demandons : “À quoi bon continuer à nous battre ?”, rappelons-nous que peu de sel suffi t à donner de la saveur. Par la prière, nous apprenons à nous regarder comme Dieu nous regarde : il voit nos dons, nos capacités. Ne pas nous aff adir, c’est nous engager corps et âme et faire confi ance aux dons de Dieu en nous. » Ce journal se veut donc un canal qui vient arroser notre vie spirituelle pour que nous puissions porter du fruit et aider chacun à être sel de la terre. C’est tout un programme ! C’est pourquoi nous avons besoin des talents de tous et toutes (telecharger le questionnaire ici).